Test Dépistage de drogue capillaire


Un test de dépistage de drogues est une analyse scientifique qui peut être utilisée pour détecter la présence de drogues dans l'organisme d'une personne. Il nécessite une petite quantité de cheveux de la personne à envoyer au laboratoire pour des résultats en quelques jours. Le test de dépistage de drogue capillaire est une analyse quantitative. Cela veut dire qu'elle peut déterminer la quantité de drogue ingérée durant les 3 derniers mois précédents le test.


dépistage de drogue


Comment faire un test de dépistage de drogue ?


Les tests capillaires de dépistage de drogues sont de plus en plus populaires comme moyen de mesurer la consommation de drogues d'une personne.

Contrairement aux analyses d'urine ou de sang, qui ne peuvent détecter qu'une consommation récente de drogue, les tests capillaires peuvent détecter une consommation remontant à plusieurs mois. Ils constituent donc un moyen idéal de vérifier l'usage de drogues à long terme et d'identifier des schémas de consommation de drogues. La méthode la plus courante pour détecter la présence de drogues dans les cheveux consiste à prélever un petit échantillon de cheveux et à l'envoyer à un laboratoire pour analyse. Le laboratoire recherche alors la quantité de drogue dans les cheveux. Attention, les tests de dépistage de drogues dans les cheveux sont généralement plus coûteux que les autres types de tests, mais ils sont aussi plus précis.

En effet, les drogues et leurs métabolites sont stockés dans les follicules pileux et, à mesure que les cheveux poussent, ces traces sont poussées vers la surface de la tige capillaire. Par conséquent, un test capillaire peut donner une image précise de la consommation de drogue d'une personne sur une période de plusieurs semaines, voire de plusieurs mois.

En outre, les tests capillaires sont moins susceptibles d'être affectés par des facteurs tels que la sueur ou le shampooing, ce qui les rend plus fiables que d'autres types de tests de dépistage de drogues.

Pour effectuer un test capillaire de dépistage de drogues, un petit échantillon de cheveux (3 cm de longueur) est prélevé sur la tête du sujet ou sur le corps (poils : 1 cm). Le cheveu est ensuite envoyé à un laboratoire, où il est analysé pour détecter la présence de substance et la quantité.

Le test capillaire ne pourra pas vous dire quand la prise de drogue a été réalisée ni la fréquence, mais uniquement la quantité détectée dans l'échantillon prélevé. Attention, en fonction de la rapidité de la pousse des cheveux, il est possible chez certains individus que l'analyse détecte des substances qui ont été ingérées avant les 3 mois, mais apparaissent dans les cheveux dans les 3 mois avant les prélèvements.

Les avantages du test capillaire :


Le test capillaire est un moyen fiable et anonyme de dépister la consommation de drogues. Le test est réalisé dans un laboratoire certifié ISO 17025, et les résultats sont totalement infalsifiables.

Le test peut dépister toute consommation de drogue au cours des 90 derniers jours, et sa fiabilité est supérieure à 99,9 %. Le test capillaire est également un moyen pratique de dépister plusieurs drogues à la fois. Jusqu'à quatre familles de drogues peuvent être dépistées simultanément, ce qui en fait un moyen rapide et facile d'obtenir des résultats précis.



Quelles drogues peuvent être dépistées ?


liste des drogues


Ce test détecte les drogues plus courantes : les cannabinoïdes, les cocaïnes, les opiacés et les amphétamines. Pour chaque catégorie, le test mesure la quantité exacte de substance trouvée dans les cheveux. Cela permet de donner une image plus précise de la consommation de drogues au fil du temps. Les cannabinoïdes détectés comprennent tous les produits dérivés du cannabis, comme l'herbe et le haschisch. Les cocaïnes détectées comprennent tous les dérivés de la cocaïne comme le crack. Les opiacés détectés comprennent tous les produits dérivés de l'opium, comme l'héroïne, la codéine et la morphine. Les amphétamines détectées comprennent tous les produits dérivés des amphétamines, tels que le speed, l'ecstasy et la méthamphétamine.



Détection de la nicotine :


Si la plupart des tests de dépistage de drogues se concentrent sur la détection de substances illégales, sachez qu’il est aussi possible de tester également la consommation de nicotine ou d'alcool.

La nicotine est une substance qui crée une forte dépendance et que l'on trouve dans les produits du tabac : cigarettes, cigares et tabac à chiquer. Bien qu'il soit possible de devenir dépendant de la nicotine par d'autres moyens, comme les patchs ou les gommes à mâcher, la cigarette est de loin la méthode la plus courante. En effectuant des tests de dépistage de la nicotine, vous pourrez très facilement vous rendre compte si vos enfants fument alors qu’il ne présente aucun symptôme d’addiction.


Pourquoi faire un dépistage sur les cheveux ?


Les cheveux sont souvent considérés comme un bon indicateur de la consommation de drogues, car ils peuvent révéler les métabolites des drogues qui se sont déposés dans le cuir chevelu au fil du temps. Les métabolites des drogues sont des substances chimiques produites lorsque l'organisme décompose les drogues. Ils peuvent être détectés dans les cheveux jusqu'à 90 jours après la consommation de drogue, ce qui fait du test capillaire un moyen efficace de dépister une consommation longue de drogue.

En outre, les tests capillaires sont moins invasifs que d'autres types de tests de dépistage de drogues, tels que les tests urinaires ou sanguins. Cela en fait une option intéressante pour les employeurs et les autres personnes qui souhaitent dépister la consommation de drogues sans porter atteinte à la vie privée des personnes testées.


Quelle quantité de cheveux est nécessaire et dans quelle condition ?


Pour déterminer la quantité de cheveux nécessaire pour le test, 70 à 100 cheveux sont requis. La couleur des cheveux n'interfère pas avec la qualité du test. Ce test peut être effectué sur tous les types de cheveux, y compris les cheveux colorés, décolorés ou permanentés. L'analyse peut se faire avec des cheveux de plus de 3cm pour une détection qui remonte jusqu'à 90 jours. 30 jours par centimètre de cheveux. Si les cheveux font moins de 3 cm, la détection sera plus faible.

Les toutes premières traces peuvent apparaître après environ 4 à 6 jours après la prise d'une substance. Cependant, il n'y a pas deux personnes qui réagissent de la même manière, et chaque métabolisme est différent en ce qui concerne la détection. Il est donc préférable de considérer donc qu'un minimum de 10 jours est nécessaire avant qu'une drogue puisse être détectée dans les échantillons.


Comment faire un test de drogue légal avec un médecin ?


Si vous êtes tenu de passer un test légal de dépistage de drogues, vous devez garder à l'esprit certaines choses. Premièrement, il est important de toujours suivre les instructions concernant les prélèvements. Pour un test légal, l'identité de la personne doit être vérifiée par un échantillonneur tel qu'un médecin. Deuxièmement, assurez-vous de fournir une liste de tous les médicaments que vous prenez actuellement, ainsi que des vitamines ou des suppléments. En suivant ces simples directives, vous pouvez vous assurer que votre test légal de dépistage des drogues se déroulera sans problème et reflétera fidèlement votre état de santé actuel.


Quand dépister et à quelle fréquence ?


Le dépistage des drogues est une étape nécessaire, mais parfois controversée pour assurer la sécurité des jeunes. Lorsqu'il est effectué correctement, il peut permettre d'identifier les comportements à risque et d'apporter aux enfants l'aide dont ils ont besoin pour rester sur la bonne voie. Cependant, le dépistage des drogues peut aussi être intrusif et envahissant, ce qui soulève des problèmes de confidentialité. La clé est de trouver le bon équilibre, et cela implique de comprendre quand le dépistage des drogues est approprié.

Le dépistage doit généralement être effectué dans les heures qui suivent les occasions typiques de consommation de drogue, comme les fêtes ou les festivals. Cela permet de s'assurer que tout comportement à risque est identifié et peut être traité avant qu'il ne devienne un problème. Bien sûr, il y aura toujours des exceptions à cette règle, mais en général, un dépistage rapide est le meilleur moyen d'assurer la sécurité des enfants sans violer leur vie privée.

Pour qu'un programme de dépistage soit efficace, la fréquence des tests doit être suffisamment élevée pour maintenir un fort effet dissuasif. Les personnes qui pourraient être tentées de franchir la ligne doivent être convaincues que les risques n'en valent tout simplement pas la peine. La meilleure façon d'y parvenir est de maintenir un haut niveau de visibilité du programme de contrôle. Des contrôles aléatoires doivent être effectués régulièrement. En outre, les contrôles doivent être effectués immédiatement après toute soirée, afin de rappeler constamment aux jeunes les risques encourus. En maintenant la fréquence des contrôles à un niveau élevé, nous pouvons faire en sorte que les personnes restent dissuadées d'utiliser des substances interdites.


Test capillaire de soumission chimique : GHB


La soumission chimique est un crime grave qui peut avoir des conséquences bouleversantes sur la vie de la victime. L'administration d'une ou plusieurs substances psychoactives à l'insu de la victime ou sous la menace peut entraîner la perte de contrôle de son propre corps et de son esprit. Cela peut entraîner des problèmes physiques et psychologiques à long terme pour la victime, notamment des pertes de mémoire, l'anxiété et la dépression.


La soumission chimique est souvent utilisée comme outil d'agression sexuelle ou acte de pédophilie, car elle peut neutraliser la victime et la rendre plus vulnérable aux attaques. Elle est aussi fréquemment utilisée dans les vols et autres crimes où l'auteur souhaite soumettre sa victime.


L'analyse des cheveux est l’un des moyens efficaces de détecter la présence dans l'organisme de produits chimiques qui ont pu être utilisés pour faciliter un viol ou un vol. Ce type de test permet d'identifier spécifiquement la présence de GHB ou d'autres sédatifs, et de dater le moment de l'administration à moins de 10 jours. Ces informations peuvent être vitales pour aider une enquête en cours. Le GHB est une drogue puissante en raison de son élimination rapide du corps, le GHB est difficile à détecter dans l'organisme de la victime. C'est pourquoi il est important que les victimes de GHB se fassent tester dès que possible après l'incident. Le dépistage du GHB peut déterminer jusqu'à 10 jours près la date de l'agression.


Pour qu'un échantillon de cheveux soit efficace dans cette recherche, il est toutefois important de suivre certains protocoles. Tout d'abord, l'échantillon doit être prélevé au moins six semaines après l'exposition présumée à la substance en question. Cela s'explique par le fait que la substance met du temps à pénétrer dans le follicule pileux. Si l'échantillon est prélevé trop tôt, il y a un risque qu'il ne soit pas exact. En outre, il est important de prélever un échantillon de bonne qualité sur une zone de la tête qui n'a pas été exposée à des produits chimiques ou à d'autres contaminants. En suivant ces directives, il est possible d'obtenir un échantillon de cheveux précis et fiable pour les tests.


Les familles de drogues


Les cannabinoïdes :

Les cannabinoïdes sont les principes actifs du cannabis. Ils constituent un groupe de substances chimiques qui agissent sur les récepteurs cannabinoïdes du cerveau. Il existe plus de 100 cannabinoïdes, qui ont des effets différents selon le récepteur auquel ils se lient. Certains cannabinoïdes sont psychoactifs, c'est-à-dire qu'ils provoquent un état d'euphorie, tandis que d'autres ne le sont pas. Les cannabinoïdes interagissent avec le système endocannabinoïde de l'organisme, qui est impliqué dans divers processus physiologiques, notamment la douleur, l'appétit, la mémoire et l'humeur. Le cannabinoïde le plus connu est le delta-9-tétrahydrocannabinol (THC), qui est le principal composant psychoactif du cannabis. Cependant, d'autres cannabinoïdes ont également des effets psychoactifs, comme le cannabidiol (CBD) et le cannabinol (CBN). Les cannabinoïdes peuvent être consommés sous diverses formes, notamment en fumant, en vaporisant, en mangeant ou en utilisant des produits topiques.

Les cocaïniques :

La plupart des gens connaissent la cocaïne, mais peu savent qu'il existe en fait un certain nombre de dérivés différents de la cocaïne. Parmi eux, l'ecgonine, un alcaloïde présent dans la plante de coca, et la benzoylecgonine, qui est le principal métabolite de la cocaïne. L'ecgonine est également utilisée pour produire de la cocaïne freebase traitée, ou "crack ». Le crack est une forme de cocaïne très addictive qui est produite en ajoutant du bicarbonate de soude ou de l'ammoniac à la drogue. Le crack est généralement fumé, ce qui lui permet d'être absorbé plus rapidement dans le sang. Cela augmente le risque de dépendance et peut entraîner de graves problèmes de santé. Les dérivés de la cocaïne sont également utilisés dans un certain nombre de procédures médicales, notamment pour l'anesthésie locale et la vasoconstriction. Toutefois, l'utilisation de ces drogues comporte un certain nombre de risques, dont l'overdose et la mort.

Les opiacés :

Les opiacés sont une catégorie de drogues dérivées de l'opium, une substance extraite du pavot. Les opiacés les plus connus sont l'héroïne, la codéine et la morphine. Ces drogues sont généralement utilisées pour traiter la douleur et agissent en se liant aux récepteurs opioïdes du cerveau. Les opiacés peuvent créer une dépendance et provoquer des effets secondaires tels que la somnolence, la constipation et les nausées. À fortes doses, ils peuvent également ralentir la respiration et le rythme cardiaque, ce qui peut entraîner la mort. La dépendance aux opiacés est devenue un problème grave ces dernières années, et de nombreuses personnes qui commencent à prendre des opiacés pour soulager la douleur finissent par devenir dépendantes. Il existe des options de traitement qui peuvent vous aider à surmonter votre dépendance et à vivre une vie saine et sans drogue.

Les amphétaminiques :

Les amphétamines sont un type de drogue synthétique qui stimule le système nerveux. Elles sont généralement utilisées comme dépresseurs du système nerveux central et sont souvent prescrites pour traiter des troubles tels que le TDAH et la narcolepsie. Cependant, les amphétamines sont aussi souvent consommées de manière abusive pour leurs effets psychoactifs. Lorsqu'elles sont prises à fortes doses, elles peuvent produire des sentiments d'euphorie et augmenter la vigilance et les niveaux d'énergie. Les amphétamines créent également une forte dépendance et leur consommation à long terme peut entraîner de graves problèmes de santé, comme une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral. La méthamphétamine, l'une des amphétamines les plus courantes, est particulièrement dangereuse en raison de sa forte puissance et du risque de surdose. Il est donc important de connaître les risques liés à l'abus d'amphétamines avant de prendre ces drogues.

La kétamine : La kétamine est un antidépresseur qui améliore rapidement l'humeur et la pensée. C'est pourquoi son utilisation a été approuvée pour le traitement de la dépression majeure qui n'a pas répondu aux autres traitements. En plus de ses propriétés antidépressives, la kétamine a également des effets analgésiques, anti-inflammatoires et neuroprotecteurs. Les effets secondaires courants sont les étourdissements, les maux de tête, les nausées et les vomissements. Lorsqu'elle est utilisée à fortes doses ou de manière abusive, la kétamine peut provoquer une dissociation, des hallucinations et des troubles de la fonction motrice et de la cognition. L'abus de kétamine à long terme peut entraîner des lésions de la vessie, des reins et du foie.

Le LSD :

Le LSD est une substance psychoactive puissante qui est utilisée depuis des siècles dans les rituels religieux et spirituels. Également connu sous le nom d'acide. Le LSD agit sur les récepteurs de la sérotonine dans le cerveau, provoquant des changements de perception, d'humeur et de conscience. Les utilisateurs font souvent état de sentiments d'euphorie, d'intuitions spirituelles et d'hallucinations. Le LSD peut également provoquer de l'anxiété et de la paranoïa. Les effets du LSD sont imprévisibles et varient en fonction de la physiologie, de la mentalité et de l'environnement de l'utilisateur. Un mauvais trip peut être une expérience très effrayante. Le LSD est illégal dans la plupart des pays et sa consommation comporte un risque d'emprisonnement.