top of page

Le test ADN et Police scientifique

Dernière mise à jour : 26 mars

L'analyse de l'ADN est souvent utilisée dans les enquêtes criminelles pour établir la présence d'un individu à un endroit ou pour relier une personne à un crime.


bandeau scene de crime de la police scientifique


Pour ce faire, les enquêteurs collectent des échantillons d'ADN qui peuvent être comparés à l'ADN de suspects ou de témoins. L'ADN peut être collecté à partir de différentes sources, telles que des cheveux, des poils, des fluides corporels, des échantillons de tissus et des objets qui ont été manipulés par une personne.


Une fois que les échantillons d'ADN ont été collectés, ils sont généralement envoyés à un laboratoire de police scientifique où ils sont analysés et comparés à d'autres échantillons d'ADN. Si l'ADN d'un suspect correspond à l'ADN trouvé sur la scène du crime ou sur un objet lié au crime, cela peut être utilisé comme preuve pour étayer l'accusation contre cette personne.


Il convient de noter que l'analyse de l'ADN ne peut pas être utilisée à elle seule pour condamner une personne.

Elle doit être utilisée conjointement avec d'autres preuves pour étayer l'accusation. Cependant, l'analyse de l'ADN peut être très utile pour établir des liens et écarter des suspects dans une enquête criminelle.


Qu'est-ce que l'Agent Spécialisé de Police Technique et Scientifique (ASPTS) ?


L'Agent Spécialisé de Police Technique et Scientifique (ASPTS) est un policier français spécialisé dans l'analyse des preuves techniques et scientifiques collectées lors d'enquêtes criminelles.


Les ASPTS sont chargés de rechercher et de collecter des indices sur les scènes de crime, de les analyser et de les utiliser pour reconstituer les événements et établir les circonstances d'un crime. Ils travaillent souvent en étroite collaboration avec les enquêteurs et peuvent être amenés à témoigner en justice au sujet des preuves qu'ils ont collectées et analysées.


Les ASPTS sont formés pour utiliser une large gamme de techniques et d'équipements de pointe, notamment la balistique, l'analyse de l'ADN, la chimie, la physique et la technologie de l'information. Ils sont également chargés de préserver les preuves et de les présenter de manière convaincante en cours.





Que font les laboratoires de police scientifique ?


Les laboratoires de police scientifique sont des centres de recherche et d'analyse qui sont utilisés par les forces de police pour collecter, analyser et interpréter des preuves techniques et scientifiques dans le cadre d'enquêtes criminelles.


Ils sont équipés de laboratoires et de technologies de pointe qui permettent de traiter et d'analyser des échantillons d'ADN, des traces de poudre, des fibres, des empreintes digitales et d'autres preuves matérielles.


Les travaux effectués par les laboratoires de police scientifique peuvent être utilisés pour établir la présence d'un individu à un endroit, pour relier une personne à un crime ou pour reconstituer les événements qui ont mené à un crime.


Les résultats de ces analyses peuvent être utilisés pour étayer l'accusation contre un suspect ou pour écarter des suspects d'une enquête.

Les laboratoires de police scientifique sont généralement dirigés par des scientifiques professionnels et sont soumis à des normes de qualité strictes pour garantir l'exactitude et l'intégrité des résultats obtenus.


Qu'est-ce que le FNAEG et comment-est-il utilisé ?


Le FNAEG (Fichier National Automatisé des Empreintes Génétiques) est un fichier informatique national français qui contient les profils génétiques de personnes condamnées pour des infractions pénales graves ou de personnes soupçonnées de telles infractions. Le FNAEG est géré par le ministère de l'Intérieur et est utilisé par les forces de police pour aider à identifier les suspects d'infractions pénales graves.


Pour ajouter un profil génétique au FNAEG, les forces de police collectent des échantillons d'ADN à partir de différentes sources, telles que des fluides corporels, des poils, des cheveux ou des tissus.


Ces échantillons sont analysés et le profil génétique de l'individu est enregistré dans le FNAEG.

Si un suspect d'une infraction pénale grave est arrêté, son ADN peut être comparé au FNAEG pour voir s'il correspond à un profil enregistré. Si c'est le cas, cela peut être utilisé comme preuve pour étayer l'accusation contre le suspect.


Le FNAEG est un outil important pour les forces de police. En effet, il leur permet d'identifier rapidement les suspects d'infractions pénales graves et de relier des suspects à des crimes commis antérieurement.


Cependant, il y a des préoccupations quant à la protection de la vie privée et à l'utilisation potentielle abusive du FNAEG. En conséquence, le FNAEG est soumis à des règles strictes et est surveillé par un comité de contrôle indépendant.


Quelles sont les études générales pour intégrer la police scientifique ?


Pour intégrer la police scientifique en France, il est généralement recommandé de suivre une formation universitaire en sciences, par exemple, en criminologie, en chimie, en biologie ou en physique. Cela peut vous donner les connaissances premières nécessaires pour comprendre les concepts scientifiques utilisés dans les enquêtes criminelles.


Il existe également des diplômes universitaires spécialisés dans les sciences forensiques qui peuvent vous préparer à travailler dans la police scientifique. Ces diplômes couvrent des sujets tels que l'analyse de l'ADN, la balistique, la chimie forensique et l'identification des empreintes digitales.


Une fois que vous avez terminé vos études universitaires, vous pouvez postuler pour intégrer la police scientifique en réussissant le concours d'entrée de la police nationale. Ce concours comprend une épreuve écrite et une épreuve orale, ainsi qu'un test physique et médical.


Si vous réussissez le concours, vous serez alors admis dans une école de police pour suivre une formation de base de quelques mois avant de commencer à travailler en tant qu'ASPTS.

Comments


bottom of page