Procréation Médical Assistée & Test ADN

Dernière mise à jour : 11 mai


fécondation-in-vitro-test-adn

La Procréation Médicalement Assistée (PMA) regroupe l'ensemble des techniques médicales destinées à aider à concevoir un enfant. La PMA dite aussi "Assistance Médicale à la Procréation" (AMP) est encadrée par les lois relatives à la bioéthique afin de s'adresser aux personnes qui ont des difficultés à concevoir des enfants par des moyens normaux, souvent causées par des maladies graves ou l'infertilité.


Il existe plusieurs méthodes qui utilisent des technologies et des procédures scientifiques augmentant les chances de réussite d'une grossesse en contournant le processus des rapports sexuels :


- L'insémination artificielle :

Les techniques d'insémination artificielle consistent à injecter artificiellement le sperme, plus ou moins préparé, au moment de l'ovulation. Le but étant de provoquer une fécondation naturelle avec le sperme du conjoint ou d'un donneur.


- La fécondation in vitro (FIV) :

Cette technique consiste à provoquer la fécondation de l'ovule et du spermatozoïde dans un laboratoire. L'embryon est ensuite déposé dans l'utérus de la mère pour poursuivre sa croissance naturellement. La fécondation peut être réalisée avec le sperme et l'ovocyte du conjoint ou d'un donneur.


- La gestation pour autrui (GPA) :

La gestation pour autrui est une technique médicale afin de faire porter l'enfant en gestation par une femme tierce, qui s'engage à leur remettre à la naissance. La fécondation se fait en laboratoire avec le sperme et l'ovocyte des conjoints ou de donneurs, pour ensuite être déposée dans l'utérus de la mère porteuse comme dans une fécondation in vitro.


Peut-il y avoir une erreur lors de la PMA ?


Bien évidemment, la réponse est oui et l’on pouvait s'y attendre, des complications peuvent survenir lors d'une procréation médicalement assistée. Comme indiqué précédemment, la PMA contourne complètement le processus des rapports sexuels et utilise une intervention médicale pour créer l'embryon.


Cette intervention médicale est facilitée par l’intervention humaine, mais malheureusement elle est également sujette à l'erreur humaine.

Lors de la fécondation assistée, il est possible que l’ovule, le sperme ou l’embryon des candidats soit échangé par erreur avec celui de quelqu'un d’autre. Bien que cela n'entrave pas le processus proprement dit, cela entraînera par inadvertance une confusion plus tard pour la famille. Si un échantillon a été mélangé, l'enfant portera naturellement les caractéristiques des gènes hérités : une différence dans les caractéristiques physiques et du comportement de l'enfant.


Comment une erreur peut-elle se produire lors d'une FIV ?


Si les chances que cela se produise ne sont pas impossibles, elles sont rares. Les procédures de FIV concernent de très petits échantillons microscopiques, qui sont difficiles à distinguer à l'œil nu. Les échantillons sont placés dans des conteneurs étiquetés avec les détails du donneur, ce qui en fait le seul moyen de différencier les échantillons.


L'erreur se produit généralement lors de l’étiquetage de l'échantillon ou en mélangeant les récipients déjà étiquetés. Il se peut également que l'équipement utilisé pour la procédure ne soit pas correctement nettoyé, laissant les échantillons précédents contaminer les nouveaux.


Pour éviter les risques et éviter toute bataille juridique avec le laboratoire, il est recommandé d'effectuer des recherches approfondies sur le centre médical avant de s'engager dans une procédure. Vérifiez les avis laissés par d'autres personnes et l'accréditation dont dispose l'établissement qui propose ce type de service.


Comment vérifier le lien de filiation après une PMA ?


Après avoir recours à l'utilisation d'une Assistance Médicale à la Procréation, il est possible que les parents puissent avoir un doute sur le lien de filiation avec l'enfant. Cette remise en question est presque naturelle lorsque les résultats ne correspondent pas aux attentes des parents et de la famille concernée. Il existe ainsi une liste non exhaustive d'éléments qui peuvent être révisés et comparés avec les parents :


- La couleur des yeux, des cheveux et de la peau

- Caractéristique physique (ressemblance et tache de naissance)

- Le groupe sanguin

- Les prédispositions à des maladies génétiques


Dorénavant, le recours à un test ADN est aussi possible entre les parents et l’enfant pour vérifier le lien de filiation. L'analyse génétique permettra avec plus ou moins de certitudes de savoir si la PMA a été effectuée en utilisant les échantillons des parents de l’enfant.


Quel test ADN faire après une PMA ?


Le test ADN permettra de mettre en comparaison le profil génétique de l'enfant avec celui d'un membre de la famille afin de déterminer la relation biologique. En fonction des participants disponibles pour cette analyse, la comparaison de l'ADN peut être plus ou moins fiable. Ainsi nous recommandons toujours de faire le test le plus rapidement possibles avec les parents présumés.


Le test de Paternité :

La vérification de la paternité peut se faire avec un test ADN de Paternité en comparant l'ADN de l'enfant et celui d'un père présumé. Cette analyse peut se faire avec l'utilisation d'échantillons salivaires qui peuvent se prélever sur un bébé, un enfant ou une personne ou avec l'utilisation d'échantillons discrets comme les cheveux, les ongles, la brosse à dents...


Le test ADN de paternité permettra de définir avec certitude le lien de filiation biologique entre le père et l'enfant, avec un taux de fiabilité de 100% pour un résultat négatif et de 99% pour un résultat positif.


L'échantillon de la mère peut aussi être ajouté lors de l'analyse de paternité. Cela vous permettra d'obtenir un rapport du laboratoire qui affiche l'ensemble des profils génétiques, mais ce rapport ne vous apportera aucune conclusion sur le lien avec la mère. Si le doute se porte sur les deux parents, il est important de faire un autre test de maternité séparément du test de paternité.


Le test de Maternité :

La vérification de la maternité peut se faire avec un test ADN de Maternité en comparant l'ADN de l'enfant et celui d'une mère présumée. L'analyse se fait aussi avec l'utilisation d'échantillons salivaires ou avec l'utilisation d'échantillons discrets (non standards) comme les cheveux, les ongles, la brosse à dents...


Tout comme le test de paternité, le test ADN de maternité permet de définir avec certitude le lien de filiation biologique entre la mère et l'enfant, avec un taux de fiabilité de 100% pour un résultat négatif et de 99% pour un résultat positif.


Si les parents ne sont plus disponibles pour faire un test ADN, l'enfant peut aussi comparer ses gènes avec les membres de sa famille. Ces types de tests sont moins fiables que les tests de maternité et de paternité, car ils proposent des résultats uniquement en pourcentage basés sur le nombre de participants disponibles et une comparaison indirecte :


  • Le test de fraternité

  • Le test Avunculaire

  • Le test Grands-Parents


Le test de l'ADN mitochondrial :

Le test de l'ADN mitochondrial peut se faire afin de déterminer une lignée maternelle avec tous les individus d'une fratrie issue d'une mère commune, et toutes les femmes qui partagent la même lignée maternelle. Le résultat donne une réponse soit positive, soit négative.





Le test de Chromosome Y ou X :

En fonction de la recherche de paternité ou de maternité et du genre de l'enfant (garçon ou fille), il est aussi possible d'avoir recours aux tests de chromosome X ou Y avec des membres de la même lignée :


  • Paternelle pour le chromosome Y entre garçons

  • Maternelle pour le chromosome X entre filles



Veuillez tout de même garder à l'esprit que si le donneur est un membre de la famille des parents, un test ADN ne pourra vous donner une réponse fiable dans la comparaison de l'ADN.



La seule possible est de comparer l'ADN des deux pères ( ou mère selon le cas) dans un test de paternité étendu en incluant l'ADN de la mère biologique et de l'enfant.